Géographie


 

  • Le climat est de type équatorial, et composé de deux saisons sèches et deux saisons de pluie réparties ainsi qu’il suit :

    • Une petite saison des pluies qui s’étend de mi-mars à la fin du mois de juin ;
    • La petite saison sèche qui va de fin juin à la mi-Août ;
    • La grande saison des pluies qui va de mi-Août à mi-novembre ;
    • La grande saison sèche qui s’étend de mi-novembre a mi-mars.

    La température moyenne annuelle se situe autour de 25,7 °C. La pluviométrie moyenne est de 1800 mm avec un pic au mois d’octobre. On observe cependant des perturbations, qui se manifestent par de fortes périodes de chaleur qui surviennent en saison des pluies, avec  un début prématuré des pluies et leur arrêt brusque. Ces perturbations dérèglent le calendrier agricole et ont une forte incidence sur la production agropastorale, les voies de communication et l’environnement.

  • Les sols de la commune sont essentiellement ferrallitiques, hydromorphes, sableux et argileux.

    • Les sols ferrallitiques :Ils ont de bonnes propriétés physiques. Ce sont des sols profonds qui ont une bonne perméabilité, une micro structure stable qui les rend moins susceptibles à l’érosion par rapport aux autres types de sols ; ils sont biens drainés, mais peuvent devenir secs (sécheresse édaphique) à cause de leur faible capacité de rétention d’eau par la fraction minérale du sol. Ces sols sont utilisés pour l’agriculture et la construction.
    • Les sols hydromorphes quant à eux sont localisés aux abords des rivières et ruisseaux et sont importants pour la production des cultures maraîchères qu’ils favorisent.
    • Par ailleurs on retrouve aussi des sols sableux et argileux dont l’importance en construction n’est plus à démontrer. L’on en veut pour preuve les multiples carrières de sable.

  • Le territoire communal de NGOUMOU est constitué d’un ensemble de petits plateaux dont l’altitude moyenne des est de 730 m[1]. La zone comprise à l’intérieur du territoire communal est constituée d’un ensemble de petits plateaux arrondis et d’altitude moyenne comprise entre 750 m à l’Ouest (au Nord du groupement NKONG ABOK) et 728 m à l’Est. Au Nord, le plateau le plus élevé est à 925 m d’altitude se trouve dans la réserve forestière d’OTTOTOMO, alors qu’au Sud l’on tombe parfois en dessous de 680 m.Le relief est donc légèrement incliné vers le Sud, et parfois vers le Sud-Est.

    Chaque plateau est entouré de fonds de vallées drainés par des cours d’eau qui arrosent la commune.

    [1] Ce relief est d’ailleurs perceptible à travers le préfixe « NKOL » que portent les noms de plusieurs villages

  • Le réseau hydrographique est constitué de plusieurs rivières et ruisseaux d’importance variable. Il s’agit notamment de Nloupkoue, EbongEtoundi, MendipVini, Mvila, Akono, Foudakoa, Nsole, Ossoe Kobok, Mbal Elon, Nsole,Offoumou, et bien d’autres. Ils regorgentd’énormes potentialités halieutiques dans ce sens qu’ils permettent la pratique de la pisciculture et de la pêche. Ainsi l’on y pêche et élève ’les espèces poissonneuses illustrées dans le tableau ci-après :

    Espèces

    Noms scientifiques

    Silure Clarias lazera
    Tilapia Oréochromisniloticus,
    poisson vipère Paranchannaobscura

    Source : DAEPIA-NGOUMOU

    Des cours d’eau comme Akono, Offoumou et Mbal Elon du fait de leur débit permanent et des sources naturelles dont ils regorgent, sont favorables à la mise en place des systèmes d’approvisionnement en eau potable. D’autres par contre  font face non seulement à des problèmes d’entretien résultant en un rétrécissement des lits mais aussi à la baisse du niveau d’eau en saison sèche.

  • La commune de Ngoumou étant située en zone forestière, la végétation est dominée par la forêt de type secondaire. Il s’agit d’un type de forêt succédant à une forêt primaire du fait d’une intense action anthropique. Ainsi l’on retrouve :

    • La forêt secondaire parsemée : il s’agit ici d’un couvert végétal caractérisé par un faible potentiel ligneux avec des arbres par endroit.
    • La forêt secondaire dense : Elle est caractérisée par un important potentiel ligneux. C’est d’ailleurs cette végétation qui abrite la réserve forestière d’Ottotomo.
    • La savane arborée : Il s’agit d’un couvert végétal hérité d’une forte activité agricole parsemé d’arbres et arbustes. Elle est encore appelée zone herbacée.
    • Les strates arbustives cultivées : Il s’agit de l’aspect végétal résultant des multiples espaces agricoles développés. Par ailleurs, les sols hydromorphes sont dominés par le raphia et les Maranthacées.

     

    Nom local Nom commercial Nom scientifique
    Akom Fraké Terminaliasuperba
    Ayos Ayous Triplochitonscleroxilon
    Azobé Lophiraalata
    Framiré Terminaliaangolensis
    Adjap Moabi Baillonellatoxisperma
    Ando’o Mangue sauvage Irvingiagabonensis
    Abam Iroko Chorophoraexcelsa
    Adoum Okan Cylicodiscusgabonensis
    Atui Piptadenladabema Piptadeniastrumafricanum
    Ekouk Emien Alstonia congensis
    Okok Okok Nyetumqfricana
    Voacanga Voacanga Voacangaafricana

    Source : DDFOF-MAK

    Bien qu’exploitées pour leur vertu en construction, en médecine traditionnelle, consommation et chauffage, ces essences font face à plusieurs contraintes telles que l’exploitation artisanale, le déboisement résultant de la recherche du bois de chauffe et du développement de l’activité agricole.

  • Ngoumou regorge  d’une faune diversifié non négligeable dont les espèces sont essentiellement exploitées pour la consommation locale.

    Nom local Nom usuel Nom scientifique
    Ngôm Atherure Atherure africanus
    Mvep Aulacode Tryonomysswinderianus
    Koe-si Rat de gambie Cricetomyssp
    Akpwe Vipère Bitisgabonica
    Kôe Singe Cercopithecussp
    Ossen Ecureuil Funisciurussp
    zoaye Civette Viverracivéta
    Okeka Pangolin Nanistricuspis
    Obam Epervier Accipitererythropus
    Emvou Antilope Bovidaesp
    Biche Céphalophussp
    Nka’a Varan Varanusniloticus
    Okpwen Lièvre Lepuscrawshavi
    MVae Nandinie Nandiniabinotata
    Wa’a Chimpanzé Pan troglodytes

    Source : DDFOF-MAK

    Les principaux problèmes de la faune sont la proximité de la voie ferrée entraînant le déplacement des animaux vers des contrées plus paisibles et le déboisement anthropique.

    Dans l’optique de la préservation des écosystèmes forestiers, il a été créé une aire protégée. Il s’agit de la réserve forestière d’Ottotomo s’étendant sur 25 000 ha dans les groupements Nkongmeyos, Nkong Abok et Otele. Elle constitue un lieu de refuge pour plusieurs rongeurs, primates et reptiles inquiétés par les bruits du train et le développement d’espaces agricoles entraînant le déboisement.